« Deviens fidèle jusqu’à la mort »

Luc 16, 1-13

Apocalypse 2, 1-11

2 Timothée 2, 1-13

La fidélité est autant et davantage un devenir qu’un état. Parce que la fidélité n’est jamais totalement acquise, elle est autant un combat pour devenir plus véridique ou meilleur qu'un acquis immuable qui ne poserait plus aucun problème.

Il importe de se rappeler que l’auteur de l’Apocalypse s’adresse à des chrétiens persécutés. Pour eux, être fidèle signifiait risquer sa vie et la torture. On comprend, dans ce contexte, que la fidélité n’est pas un long fleuve tranquille mais un enjeu dont on n’est jamais sûr d’être à même de l’assumer !

1) Dans le principe, qu’est-ce qu’être fidèle ?

Fidèle. On l’est à quoi ? A qui ?

Fidèle, on l’est à soi, à sa conscience, aux autres, à Dieu et à la vie. Etre fidèle, c’est pouvoir se regarder dans une glace sans avoir honte. Etre aussi honnête ou limpide que possible. Et ce n’est pas facile !

a) Etre fidèle, c’est faire un choix de priorités. Cette priorité, est-ce avoir une loi, honorer la loi, notamment la loi divine, ou est-ce honorer la vie au cas par cas ?

Très souvent, nos frères catholiques privilégient l’obéissance absolue à la loi de Dieu qui est en même temps, pour eux, la loi de leur église.

Inversement, nous protestants, nous comprenons que Jésus, et nous à sa suite, nous respectons la Loi et ses prescriptions, dont l'obéissance du sabbat, sans en être esclaves. C'est dire que l'amour et les impératifs de notre conscience l'emportent toujours sur les lois et les règlements les plus éminents.

b) Etre fidèle, c’est très souvent être obligé de choisir entre deux maux. Nous sommes souvent tiraillés et partagés intérieurement. Beaucoup de choix existentiels ne seront jamais totalement justes et honnêtes. Ils feront souvent des victimes ou des laissés-pour-compte.

Ainsi, avec la même référence : l’Evangile, on peut aboutir à deux conceptions ou pratiques très différentes de la fidélité.

2) Il y a nos références, et il y a la vie de tous les jours

Concrètement, être fidèle, qu’est-ce à dire ?

Il importe d’être fidèle à son passé : ses ancêtres, sa culture, les valeurs que nos parents nous ont transmises. A condition que le passé soit un tremplin, et pas seulement un refuge !

Il importe d’être fidèle à un idéal de vie. D’avoir un projet devant soi. D'avoir une raison de vivre, de se battre et d'aimer, avec une vraie détermination pour chacune de nos journées.

Il importe surtout d’honorer de d’habiter chaque jour, chaque instant.

D’être présent à aujourd'hui. Donc de fuir toutes les formes d'aliénations.

Vivre avec Dieu, c’est vivre toujours davantage dans la vérité. Une vérité qui n’est pas avant tout un ensemble de devoirs et de prescriptions. C'est être toujours plus imprégnés d'amour et porteurs de cet amour qui est Dieu.